Gestion des repos Git dans Azure Databricks

Au mois de mars 2021, une nouvelle fonctionnalité vient accompagner les espaces de travail Azure Databricks : les repos Git.

Pour l’activer, nous devons passer par la console d’administration, cliquer sur “Enable” puis rafraîchir la page.

Une nouvelle icône apparaît alors dans le menu latéral.

Jusqu’ici, le lien avec un gestionnaire de versions se faisait individuellement, par le biais de de la fenêtre “user settings“, comme expliqué dans cet article.

Chaque notebook devait alors être relié manuellement à un repository. Pour des actions de masse, il fallait employer les commandes en ligne (Databricks CLI).

Pour démarrer, nous cliquons sur l’icône Repos et le menu propose un bouton “Add Repo“.

Une boîte de dialogue s’ouvre alors.

Il faut comprendre ici qu’il s’agit de créer un repository local au sens de l’espace de travail (“Add Git remote later”) ou bien de cloner un reporemote“, c’est-à-dire relié à un des fournisseurs présents dans la liste. Ce dernier peut être vide si le projet débute.

Nous créons ici un premier notebook dans ce nouveau repository local.

Il faut alors s’habituer à une nouvelle façon de travailler. Les notebooks ne sont plus visibles depuis l’icône “Workspace”. Le lien “Git: Synced” que l’on trouvait en cliquant sur “Revision history” n’existe plus. Mais une icône Git apparaît maintenant en haut à gauche du notebook.

L’historique des modifications s’enregistre toujours bien automatiquement et des retours arrières (“Restore this version”) sont possibles.

Sans réaliser l’association avec un gestionnaire de versions tiers, nous ne disposons pas d’autres fonctionnalités.

Un clic sur l’icône Git nous propose de réaliser cette association, ici avec le service Azure DevOps.

Attention, on ne peut attacher qu’un dépôt qui ne contient pas de commit.

Pour un repository de type privé, il va être nécessaire de réaliser des manipulations de sécurité.

Il s’agit de fournir un Personal Access Token (PAT) généré depuis le gestionnaire de versions.

Une fois la configuration réalisée, la boîte de dialogues ci-dessous apparaît alors.

Nous retrouvons des notions familières aux utilisateurs de Git : branche (master ou main), pull, commit & push.

Il sera nécessaire (c’est même obligatoire) de saisir un résumé (summary) des modifications pour pouvoir cliquer sur le bouton “Commit & Push“.

Attention, vous pourriez rencontrer l’erreur suivante.

En effet, une liste de repositories autorisés doit être donné dans la console d’administration (seulement si cette option a été activée). Ce scénario s’inscrit dans le cadre de la licence Premium de Databricks où tous les utilisateurs ne sont pas obligatoirement administrateurs.

Notons que l’extension du fichier est .py mais il s’agit bien d’un notebook Databricks. Le contenu de celui-ci, en particulier les cellules Markdown, est arrangée pour “ressembler” à un script Python.

Attention, une commande comme display est propre à l’environnement des notebooks Databricks.

Si le repository est aussi utilisé pour conserver d’autres éléments que ceux propres à Databricks, nous verrons apparaître les dossiers du repo dans le menu de navigation de Databricks. Il pourrait être tentant de les supprimer depuis Databricks (ils sembleront vides puisque seules quelques extensions .py et .ipynb sont affichées).

Une action “removed” va alors être proposée au prochain commit. Il est possible de l’éviter en basculant sur “Discard changes”.

Ici, le repo est partagé avec des pipelines Azure Data Factory.

Mais le répertoire “vide” va alors réapparaître dans l’arborescence.

En conclusion, il serait préférable de dédier un repository à Databricks pour éviter les confusions.

Author: methodidacte

Passionné par les chiffres sous toutes leurs formes, j'évolue aujourd'hui en tant que consultant senior dans les différents domaines en lien avec la DATA (décisionnel self service, analytics, machine learning, data visualisation...). J'accompagne les entreprises dans une approche visant à dépasser l'analyse descriptive pour viser l'analyse prédictive et prescriptive. J'ai aussi à coeur de développer une offre autour de l'analytics, du Machine Learning et des archictectures (cloud Azure principalement) dédiées aux projets de Data Science.