Gestion des repos Git dans Azure Databricks

Au mois de mars 2021, une nouvelle fonctionnalité vient accompagner les espaces de travail Azure Databricks : les repos Git.

Pour l’activer, nous devons passer par la console d’administration, cliquer sur “Enable” puis rafraîchir la page.

Une nouvelle icône apparaît alors dans le menu latéral.

Jusqu’ici, le lien avec un gestionnaire de versions se faisait individuellement, par le biais de de la fenêtre “user settings“, comme expliqué dans cet article.

Chaque notebook devait alors être relié manuellement à un repository. Pour des actions de masse, il fallait employer les commandes en ligne (Databricks CLI).

Pour démarrer, nous cliquons sur l’icône Repos et le menu propose un bouton “Add Repo“.

Une boîte de dialogue s’ouvre alors.

Il faut comprendre ici qu’il s’agit de créer un repository local au sens de l’espace de travail (“Add Git remote later”) ou bien de cloner un reporemote“, c’est-à-dire relié à un des fournisseurs présents dans la liste. Ce dernier peut être vide si le projet débute.

Nous créons ici un premier notebook dans ce nouveau repository local.

Il faut alors s’habituer à une nouvelle façon de travailler. Les notebooks ne sont plus visibles depuis l’icône “Workspace”. Le lien “Git: Synced” que l’on trouvait en cliquant sur “Revision history” n’existe plus. Mais une icône Git apparaît maintenant en haut à gauche du notebook.

L’historique des modifications s’enregistre toujours bien automatiquement et des retours arrières (“Restore this version”) sont possibles.

Sans réaliser l’association avec un gestionnaire de versions tiers, nous ne disposons pas d’autres fonctionnalités.

Un clic sur l’icône Git nous propose de réaliser cette association, ici avec le service Azure DevOps.

Attention, on ne peut attacher qu’un dépôt qui ne contient pas de commit.

Pour un repository de type privé, il va être nécessaire de réaliser des manipulations de sécurité.

Il s’agit de fournir un Personal Access Token (PAT) généré depuis le gestionnaire de versions.

Une fois la configuration réalisée, la boîte de dialogues ci-dessous apparaît alors.

Nous retrouvons des notions familières aux utilisateurs de Git : branche (master ou main), pull, commit & push.

Il sera nécessaire (c’est même obligatoire) de saisir un résumé (summary) des modifications pour pouvoir cliquer sur le bouton “Commit & Push“.

Attention, vous pourriez rencontrer l’erreur suivante.

En effet, une liste de repositories autorisés doit être donné dans la console d’administration (seulement si cette option a été activée). Ce scénario s’inscrit dans le cadre de la licence Premium de Databricks où tous les utilisateurs ne sont pas obligatoirement administrateurs.

Notons que l’extension du fichier est .py mais il s’agit bien d’un notebook Databricks. Le contenu de celui-ci, en particulier les cellules Markdown, est arrangée pour “ressembler” à un script Python.

Attention, une commande comme display est propre à l’environnement des notebooks Databricks.

Si le repository est aussi utilisé pour conserver d’autres éléments que ceux propres à Databricks, nous verrons apparaître les dossiers du repo dans le menu de navigation de Databricks. Il pourrait être tentant de les supprimer depuis Databricks (ils sembleront vides puisque seules quelques extensions .py et .ipynb sont affichées).

Une action “removed” va alors être proposée au prochain commit. Il est possible de l’éviter en basculant sur “Discard changes”.

Ici, le repo est partagé avec des pipelines Azure Data Factory.

Mais le répertoire “vide” va alors réapparaître dans l’arborescence.

En conclusion, il serait préférable de dédier un repository à Databricks pour éviter les confusions.

Associer Azure Databricks et Azure Machine Learning

Si les deux outils ont en partie des fonctionnalités qui se recouvrent, avec quelques différences (voir cet article), il est tout à fait possible de tirer profit du meilleur de chacun d’eux et de les associer dans une architecture data sur Azure.

Le scénario générique d’utilisation sera alors l’industrialisation de modèles d’apprentissage (machine learning) entrainés sur des données nécessitant la puissance de Spark (grande volumétrie voire streaming).

Nous allons détailler ici comment Databricks va interagir avec les services d’Azure Machine Learning au moyen du SDK azureml-core.

A l’inverse, il sera possible de lancer, depuis Azure ML, des traitements qui s’appuieront sur la ressource de calcul Databricks déclarée en tant que attached compute.

Le SDK azureml sous Databricks

Nous commencerons par installer le package azureml-sdk[databricks] au niveau du cluster interactif (d’autres approches d’installation sont possibles, en particulier pour les automated clusters). Le cluster doit être démarré pour pouvoir effectuer l’installation.

Nous pouvons vérifier la version installée en lançant le code suivant dans un notebook :

import azureml.core
print("Azure ML SDK Version: ", azureml.core.VERSION)

Un décalage peut exister avec la version du SDK non spécifique à Databricks. Des dépendances peuvent également être demandées pour certaines parties du SDK comme l’annonce l’avertissement reçu à l’exécution de la commande précendente.

Failure while loading azureml_run_type_providers. Failed to load entrypoint automl = azureml.train.automl.run:AutoMLRun._from_run_dto with exception (cryptography 3.1.1 (/databricks/python3/lib/python3.8/site-packages), Requirement.parse('cryptography<4.0.0,>=3.3.1; extra == "crypto"'), {'PyJWT'}).

L’étape suivante consistera à se connecter à l’espace de travail d’Azure Machine Learning depuis le script, ce qui se fait par le code ci-dessous :

from azureml.core import Workspace

ws = Workspace.from_config()

Plusieurs possibilités s’ouvrent à nous pour réaliser ce lien. La première consiste à établir explicitement ce lien dans le portail Azure, depuis la ressource Databricks.

Mais cette approche ne permet d’avoir qu’un seul espace lié, celui-ci n’étant plus modifiable au travers de l’interface Azure (mais peut-être en ligne de commandes ?). La configuration étant donnée par un fichier config.json, téléchargeable depuis la page du service Azure ML, nous pouvons placer ce fichier sur le DataBricks File System (DBFS), et donner son chemin (au format “File API format”) dans le code .

from azureml.core import Workspace

ws = Workspace.from_config(path='/dbfs/FileStore/azureml/config.json')

Une authentification “interactive” sera alors demandée : il faut saisir le code donné dans l’URL https://microsoft.com/devicelogin puis entrer ses login et mot de passe Azure.

Pour une authentification non interactive, nous utiliserons un principal de service.

Nous pouvons maintenant interagir avec les ressources du portail Azure Machine Learning et en particulier, exécuter notre code au sein d’une expérience.

from azureml.core import experiment
experiment = Experiment(workspace=ws, name="ExperimentFromDBXs")

Après l’entrainement d’un modèle, idéalement réalisé grâce à Spark, nous pouvons enregistrer celui-ci sur le portail.

L’instruction run.log() permet de conserver les métriques d’évaluation.

A noter que les widgets ne peuvent pas s’afficher dans les notebooks Databricks.

Databricks comme attached compute

Comme pour toute ressource de calcul, nous commençons par déclarer le cluster Databricks dans le portail Azure Machine Learning.

Un jeton d’accès (access token) est attendu pour réaliser l’authentification. Nous prendrons soin de le générer grâce à un principal de service pour éviter qu’il ne soit attaché à une personne (“Personal Access Token”).

La ressource est maintenant correctement déclarée.

Nous allons l’exploiter au travers du SDK Python azureml dans lequel nous disposons de deux objets liés à Databricks.

La documentation présente la classe qui permettrait de créer cette ressource au travers du code :

DatabricksCompute(workspace, name)

Nous trouvons aussi dans la documentation l’objet qui crée une étape de pipeline exécutée ensuite au sein d’une expérience :

DatabricksStep(name, inputs=None, outputs=None, existing_cluster_id=None, spark_version=None, node_type=None, instance_pool_id=None, num_workers=None, min_workers=None, max_workers=None, spark_env_variables=None, spark_conf=None, init_scripts=None, cluster_log_dbfs_path=None, notebook_path=None, notebook_params=None, python_script_path=None, python_script_params=None, main_class_name=None, jar_params=None, python_script_name=None, source_directory=None, hash_paths=None, run_name=None, timeout_seconds=None, runconfig=None, maven_libraries=None, pypi_libraries=None, egg_libraries=None, jar_libraries=None, rcran_libraries=None, compute_target=None, allow_reuse=True, version=None)

Il est possible de lancer un script Python qui sera exécuté sur le cluster Databricks mais l’usage le plus intéressant est sans doute l’exécution d’un notebook.

from azureml.core.compute import DatabricksCompute
from azureml.pipeline.steps import DatabricksStep

databricks_compute = DatabricksCompute(workspace=ws, name="my-dbx-cluster")

dbNbStep = DatabricksStep( name="DBNotebookInWS",
 num_workers=1,
 notebook_path=notebook_path,
 run_name='DB_Notebook_demo',
 compute_target=databricks_compute,
 allow_reuse=True
)

Nous pourrons alors suivre les logs du cluster dans l’expérience.

Je vous recommande ce notebook pour découvrir tous les usages de DatabricksStep, comme par exemple l’exécution d’un JAR.

En conclusion

La souplesse des services managés et la séparation stockage / calcul autorisent aujourd’hui à penser les architectures data avec les services qui sont les plus utiles au moment souhaité, quitte à avoir des redondances de fonctionnalités. Nous veillerons à préserver au maximum l’indépendance de certaines parties du code (a minima la préparation de données et l’entrainement) vis à vis des plateformes propriétaires. Il sera alors possible d’envisager des alternatives chez d’autres fournisseurs cloud ou bien encore dans le monde de l’Open Source.

Différencier Azure Databricks et Azure Machine Learning

Des machines virtuelles, du code R ou Python, des accès au Data Lake, du versionning et de l’exposition de modèles de Machine Learning, les points communs entre Azure Databricks et le service Azure Machine Learning sont nombreux ! Mais nous allons détailler dans cet article les différences entre ces deux produits, qui vous permettront de choisir le meilleur outil selon vos cas d’usage. N’oublions pas que ce sont aussi des outils complémentaires mais cet aspect sera traité dans un autre article.

S’il fallait résumer en quelques mots chacun des deux produits, voici comment l’on pourrait les présenter :

  • Databricks est un cluster Spark managé dans le cloud Azure (mais aussi AWS et GCP), dédié à exécuter du code de manière distribuée. Autour de cette fonctionnalité principale, s’intègrent des produits comme MLFlow pour le versionning et serving des modèles de ML ou encore SQL Analytics et Redash pour la visualisation de données.
  • Azure Machine Learning est un portail (dit “studio”) regroupant toutes les briques d’un projet de ML, allant de l’import des données depuis des sources Azure à l’exposition (web service) et monitoring de modèles, en passant par l’entrainement de ces modèles sur différentes solutions de calcul.

Nous allons pointer les différences entre ces deux services sur les thèmes indiqués dans le schéma ci-dessous, qui sont au cœur d’un workflow de Data Science.

Les sources de données

Les sources possibles pour Azure ML sont toutes des services managés du cloud de Microsoft, de type systèmes de fichiers ou bases de données.

Les sources pour Azure Databricks sont représentées ci-dessous :

Le périmètre est ici plus large et intègre des produits classiques des architectures Big Data dans les domaines NoSQL, temps réel ou search.

La connexion à des ressources de type Azure SQL DB ou DWH se fait par un pilote générique JDBC, comme cela a été présenté ici préalablement. C’est une approche plus générique mais qui ne pas bénéficier d’optimisations propres à la communication de services Microsoft entre eux. C’est un point qui mériterait d’être testé, dans des conditions de sécurisation des échanges réseaux (VNET).

L’un des projets Open Source très présent dans Databricks est Delta Lake : un format de fichier “amélioré” par rapport au format Parquet classique, puisqu’il s’accompagne d’une capacité à traiter des transactions ACID et d’un historique au format JSON des logs transactionnels. Ce sont des opérations comme des delete, insert, update et upsert qui seront possibles ! La fonctionnalité de time travel permet de retrouver l’état des données à une date ou sur une version donnée. Nous sommes donc dans une logique “schema-on-write” d’habitude propres aux systèmes de gestion de bases de données. Est-ce déjà la fin annoncée de ces derniers ? Certainement pas !

Voici la syntaxe permettant d’écrire un dataframe Spark au format delta.

(df.write.format("delta")
.mode("append"|"overwrite")
.partitionBy("date") # optional
.option("mergeSchema", "true") # option - evolve schema
.saveAsTable("events") | .save("/path/to/delta_table")

Delta Lake est un produit à part entière, alors peut-on l’utiliser depuis Azure ML ? Rappelons qu’il faut un contexte Spark et c’est ici toute la difficulté pour Azure ML qui doit, pour cela, se baser sur une ressource tierce comme Azure Synapse Analytics ou… Azure Databricks !

Les scripts et leur exécution (calcul)

Azure ML disposent de deux SDK, Python et R, mais il ne sera pas possible d’utiliser de langage Java ou Scala. Au delà de la création d’un dataset sur une source Azure SQL DB, le SQL ne pourra être utilisé qu’au travers de packages R ou Python.

Le périmètre est plus large pour Databricks dont les notebooks exécuteront Python, R, Scala ou du SQL. Ce choix se fait à la création du notebook mais n’est pas rédhibitoire car les commandes magiques permettent de changer de langage dans une cellule : %python%r%scala, %sql.

Même si la plupart des Data Scientists sont plus enclins à développer en R ou Python, et dans les déclinaisons SparkR et PySpark, Scala reste le langage natif de Spark et certainement pour l’instant le plus efficace car compilé avant de s’exécuter.

Pour utiliser Scala avec Azure ML, nous attendrons la fonctionnalité de “linked service” vers Azure Synapse Analytics.

L’exécution d’un script dans Azure ML peut se faire une instance de calcul (la VM qui exécute également le serveur de notebooks ou RStudio Server) ou sur un cluster de machines virtuelles.

Databricks est prévu “by design” pour les exécutions distribuées sur un cluster mais il est possible d’utiliser un “cluster single node“, c’est-à-dire une machine unique.

Le versionning des modèles

Commençons par le produit Open Source présent dans les deux services : MLFlow.

La même équipe se trouvant à l’origine de Spark et de MLFlow, nous disposons naturellement dans Databricks d’une intégration très simple et fluide. Le package est même installé par défaut sur les runtimes de type ML.

Les éléments nécessaires à l’évaluation et à la reproductibilité du modèle sont simples à enregistrer à l’aide de commandes comme mlflow.log_param, mlflow.log_metric, etc.

Azure ML permet donc également d’activer une URI MLFlow mais qui ne sera valable qu’une heure.

Vous risquez aussi le message d’erreur suivant :

WARNING mlflow.models: Logging model metadata to the tracking server has failed, possibly due older server version.

Il faut à mon sens voir le portail Azure ML comme principalement un outil d’affichage des logs d’exécution (runs) des scripts lancés au sein d’expériences. A nouveau, quelques commandes simples permettent d’enregistrer le binaire d’un modèle (artifact) et les informations associées : model.register, run.log, etc.

Pour remplacer la commande mlflow.sklearn.save_model, nous utiliserons dans Azure ML une déclinaison de l’exemple suivant :

from azureml.core.model import Model

Model.register(workspace=ws,
               model_name="diabetes_regression_model",
               model_path="test_diabetes/model.pkl",
               model_framework=Model.Framework.SCIKITLEARN,  # Framework used to create the model.
               model_framework_version='0.20.3',             # Version of scikit-learn used to create the model.
               tags={'alpha': alpha, 'l1_ratio': l1_ratio},
               description="Linear regression model to predict diabetes"
              )

Il est indispensable d’effectuer cette opération pour retrouver l’artefact en dehors du menu “Output & logs” de l’exécution.

L’exposition des modèles

Nous sommes ici dans le domaine de prédilection d’Azure ML qui permet une approche par l’interface ou au travers du SDK pour piloter deux ressources Azure : Container Instance et Kubernetes Services.

Mais Databricks n’est pas en reste pour l’exposition et celle-ci s’appuiera naturellement sur MLFlow. Nous commençons par enregistrer le modèle retenu.

Ensuite, depuis le menu Model, nous pouvons activer le serving, qui se fera sur une ressource de type single-node.

Dès que la ressource (une machine virtuelle) est active, il est possible d’interroger l’API.

Ordonnancement

Dans une architecture Azure PaaS, c’est Azure Data Factory (ADF) qui est la solution toute désignée pour ordonnancer les traitements. Nous y disposons d’un module pour chacun des deux services. La différence se situe sur les éléments pouvant être appelés par ADF. Seuls les objets “Pipeline” issus d’Azure ML sont utilisables et ces objets ne sont pas simples à développer.

Les deux premiers modules ML concernent l’ancienne version du studio.

Côté Databricks, ce sont des scripts Python, des notebooks ou bien des Jar qui sont exécutables au travers de l’interface.

Les deux services ont également leur propre outil de scheduling, pilotable au travers de l’interface pour Databricks ou bien grâce à leur API.

A l’aide du SDK Azure ML, nous pourrons mettre en place un trigger à l’aide du code ci-dessous :

Versionning du code et cycle CI/CD

Databricks permet de définir un fournisseur Git parmi les suivants :

Chaque notebook doit ensuite être lié au repository et il est possible de faire un commit sur une branche déjà créée (une pull request devant ensuite être faite depuis le fournisseur Git).

Récemment (mars 2021), une nouvelle approche est disponible et fournit plus de fonctionnalités.

Dans les notebooks d’Azure ML, aucun lien n’est fait avec un gestionnaire de version. Il faut donc ruser et passer par un IDE local comme Visual Studio Code qui pilotera les ressources de calcul à distance. J’ai détaillé ce fonctionnement dans cet article.

Passons maintenant à la problématique du déploiement entre deux environnements (par exemple, développement et production).

Lorsque le code se trouve versionné sur un dépôt Azure Repos, il est très simple de lancer de manière automatique un pipeline d’intégration qui réalisera des tests automatisés. Databricks s’appuiera sur une machine virtuelle munie du module databricks-connect qui permet d’exécuter du code à distance sur l’environnement Spark.

Le schéma ci-dessous résume l’isolation des environnements avec une architecture simple reposant sur un stockage Azure Data Lake et un espace de travail Databricks.

Des outils de release de la Market Place vont permettre de déplacer automatiquement des notebooks de l’environnement de développement vers celui de production.

En revanche, utiliser des ressources Azure ML par environnement est une question qui n’est pas simple à trancher. En effet, le portail est finalement une sorte d’outil “DevOps” (disons plutôt MLOps) en lui-même. Nous y trouverons ainsi les versions des datasets et des modèles, ainsi que les logs d’exécution permettant un suivi de production. Mais en pratique, et par manque d’outils de nettoyage (des expériences, des exécutions…), l’usage pour le développement va “polluer” le portail. Il sera donc indispensable de se donner des pratiques de gouvernance et de limiter les droits aux différents utilisateurs, par le biais des custom roles, comme décrit dans ce billet.

Databricks peut être utilisé comme “attached compute”, environnement d’exécution des scripts Spark.

Le Machine Learning ne se marie pas forcément bien avec l’isolation des environnements : en effet, pour démarrer le projet, il faut des données qui soient de qualité et suffisamment représentatives de la réalité. Ce n’est pas le cas des environnements de développement qui sont incomplets voire erronés. Un accès (en lecture) à la production depuis l’environnement de développement pourrait être à envisager.

Coût et FinOps

Suite au retrait de la licence Entreprise d’Azure ML, le coût d’utilisation ne correspond qu’au temps où sont utilisées les ressources de calcul. A cela s’ajoutent les services qui accompagnent Azure ML : compte de stockage, Key Vault, app insights et surtout container registry. Il faut penser à purger régulièrement ce dernier car un container registry ne donne que 10Go de stockage gratuit.

Il est tout à fait possible d’utiliser les mêmes types de VMs sur les deux outils. Pour autant, le coût d’une VM est “surchargé” par la licence Databricks, exprimée en DBU. Cette licence se décline elle-même selon le type d’espace de travail (standard ou premium) et le type de cluster (interactif ou automated).

Une piste supplémentaire est d’utiliser des “spot instances” moins chères, donnant une nouvelle opportunité d’optimisation des coûts (au détriment de la rapidité d’exécution), comme présenté dans cette vidéo.

Quelques points inclassables

En plus des outils “no code” (Concepteur et AutomatedML), Azure ML dispose d’un module de labellisation d’images, assisté par une approche d’active learning (au bout d’un nombre suffisant d’images taggés, les tags peuvent être automatiquement proposés).

Databricks s’est pourvu d’un nouvel outil “SQL Analytics” qui permet, à l’aide de requêtes SQL, de préparer des vues à destination d’un outil de reporting comme Microsoft Power BI.

En licence Premium, le service Power BI donne accès aux modèles enregistrés sur Azure ML pour que ceux-ci soient appliqués lors de la phase de préparation de données (Power Query).

Alors, lequel choisir ?

En conclusion, il faudra bien évaluer les prérequis des projets (par exemple, l’utilisation de Delta Lake) qui s’exécuteront sur l’architecture Azure pour choisir le bon outil, mais il faut aussi bien comprendre qu’il n’y a pas un surcoût trop important à les utiliser tous les deux et nous verrons surtout dans un prochain article qu’ils peuvent se montrer très complémentaires !

Wheel Python et Azure feed : centralisez et distribuez vos packages

Assurer la qualité d’un développement Python passe par le fait de packager du code (des classes, des fonctions…) dans des modules que l’on pourra ensuite simplement installer dans un nouvel environnement (avec un classique pip install...) et importer dans des scripts à l’aide des syntaxes habituelles que sont import package ou from package import function.

Créer le package Wheel

C’est bien sûr la toute première étape une fois que notre code a été écrit. Et bien écrit, c’est-à-dire en respectant par exemple la norme PEP8 (nous en reparlerons) et en intégrant des docstrings dans les fonctions.

Nous aurons besoin de quelques librairies, dont bien évidemment wheel et nous profiterons d’un environnement virtuel pour les installer (commandes Windows ci-dessous pour créer, activer et configurer cet environnement).

python -m venv env
env\bin\activate.bat
python -m pip install -U setuptools wheel twine

Notre exemple se basera sur du code simple générant un pandas dataframe avec des nombres aléatoires. Notons au passage (pour les puristes :)) que ce code poserait problème dès que nb_col dépasserait la valeur 26.

import pandas as pd
import numpy as np
import string


def generate_df(nb_col, nb_row):
     """
         Generate a pandas DataFrame
         with nb_col columns and nb_row rows
     """
     alphabet_string = string.ascii_uppercase
     columns_string = alphabet_string[:nb_col]
     columns_list = list(columns_string)
     df = pd.DataFrame(np.random.randint(0, 100, size=(nb_row, nb_col)), columns=columns_list)
 return df

Le script, nommé ici my_function.py, doit se trouver dans une arborescence de fichiers définie comme suit :

my_package
├── LICENSE
├── README.md
├── my_pkg
│   └── __init__.py
│   └── my_function.py
├── setup.py
└── tests

Le fichier __init__.py est tout simplement un fichier vide, seul le nom est obligatoire. Ce fichier doit être dans le répertoire dédié aux fichiers développés (sous-répertoire du répertoire principal). Il peut toutefois contenir également des fonctions qui seront chargées à l’appel du module. Pour réaliser des tests simples, voici ce qu’il contient.

def function_init():
     print('Successfully imported Init.py')


 def print_hello_iam(name):
     print(f'Hello, I am {name}')

Nous complétons avec un fichier d’informations README au format Markdown, un fichier texte contenant la licence (ci-dessous) et un répertoire, éventuellement vide dans un premier temps, qui contiendra des tests.

Copyright (c) 2018 The Python Packaging Authority
 Permission is hereby granted, free of charge, to any person obtaining a copy
 of this software and associated documentation files (the "Software"), to deal
 in the Software without restriction, including without limitation the rights
 to use, copy, modify, merge, publish, distribute, sublicense, and/or sell
 copies of the Software, and to permit persons to whom the Software is
 furnished to do so, subject to the following conditions:

 The above copyright notice and this permission notice shall be included in all
 copies or substantial portions of the Software.

 THE SOFTWARE IS PROVIDED "AS IS", WITHOUT WARRANTY OF ANY KIND, EXPRESS OR
 IMPLIED, INCLUDING BUT NOT LIMITED TO THE WARRANTIES OF MERCHANTABILITY,
 FITNESS FOR A PARTICULAR PURPOSE AND NONINFRINGEMENT. IN NO EVENT SHALL THE
 AUTHORS OR COPYRIGHT HOLDERS BE LIABLE FOR ANY CLAIM, DAMAGES OR OTHER
 LIABILITY, WHETHER IN AN ACTION OF CONTRACT, TORT OR OTHERWISE, ARISING FROM,
 OUT OF OR IN CONNECTION WITH THE SOFTWARE OR THE USE OR OTHER DEALINGS IN THE
 SOFTWARE.

Le dernier élément nécessaire est le fichier setup.py dont un modèle de contenu peut être retrouver sur cette page. Il faudra en particulier y préciser le nom souhaité pour le package.

Pour générer l’archive de distribution, nous lançons la commande suivante, au niveau du répertoire contenant le fichier setup.py :

python setup.py sdist bdist_wheel

Un répertoire dist est alors créé et contient deux fichiers : le fichier .whl et une archive .tar.gz.

Le nom du package wheel est normalisé de la sorte :

{dist}-{version}(-{build})?-{python}-{abi}-{platform}.whl

Réalisons tout de suite un premier test pour valider que notre package est bien construit. Au niveau du dossier contenant le fichier .whl, nous lançons dans un terminal la commande suivante, depuis le répertoire dist :

python -m pip install my_pkg_byPaulPETON-0.0.1-py3-none-any.whl

Puis dans un prompt Python, nous vérifions que l’import des nos méthodes est bien reconnu :

from my_pkg.__init__ import *
from my_pkg.my_function import *

Tester le package depuis un cluster Azure Databricks

Nous allons maintenant installer manuellement le fichier .whl disponible dans le répertoire dist sur un cluster Databricks. Nous commençons par le télécharger sur un cluster interactif démarré.

Dès lors, les fonctions deviennent disponibles dans un notebook.

Notez au passage le “dark mode” des notebooks Databricks 🙂

Charger le package sur un feed Azure DevOps

Nous n’allons bien sûr pas utiliser le fichier .whl localement, celui-ci doit être hébergé sur une plateforme accessible de tous les développeurs de l’équipe.

Tout comme le code est placé dans un dépôt (repository) d’un gestionnaire de versions comme Azure DevOps, nous allons placer le package, ici nommé artefact, dans un feed, accessible aux personnes autorisées.

Nous réalisons tout d’abord la création du feed. Il sera ici public, donc accessible au travers d’Internet. Pour une pratique en entreprise, un projet privé est bien évidemment recommandé.

Le feed est maintenant bien actif.

Attention, il est préférable de vérifier vos options de facturation (dans le menu “Organization Settings”). Un compte gratuit présentera des limites de taille pour l’usage des artefacts stockés dans le feed.

Vérifions également le stockage associé aux artefacts (ici au niveau projet, puisque c’est le périmètre qui a été défini).

Il s’agit ensuite d’automatiser la création du package wheel par un pipeline d’intégration continue. Nous démarrons à partir d’un “starter pipeline”.

Le code complet de ce pipeline, enregistré automatiquement dans un fichier azure-pipelines.yml, ajouté au repository, est disponible par exemple sur ce GitHub (veillez à adapter si besoin la version de Python attendue ainsi que le nom de la branche – main pour master – si vous souhaitez un lancement automatique de la pipeline à chaque commit).

Ce script YAML reprend l’exécution du fichier setup.py pour créer l’artefact dans un conteneur dédié.

Nous avons ensuite besoin d’un pipeline de release qui déposera l’artefact dans le feed qui servira de point de distribution.

A partir d’un modèle vide de pipeline de release (“empty job“), nous attachons le résultat du pipeline de build réalisé précédemment.

Nous ajoutons trois activités qui sont :

  • Python twine upload authenticate
  • Command line pour l’installation de Twine
  • Command line pour la publication de l’artefact

L’étape 1 s’authentifie auprès du feed, dont il faut saisir le nom.

L’étape 2 réalise l’installation du package Twine par la commande pip install.

L’étape 3 utilise Twine pour télécharger le package.

Voici la ligne de code nécessaire :

twine upload -r <feed_name> --config-file $(PYPIRC_PATH) d:\a\r1\a\_<project_name>\dist\dist*

Cette étape est sans doute la plus délicate. En cas d’erreur pour localiser ce répertoire, je vous conseille de regarder les logs de la première étape du pipeline de build afin de visualiser l’artefact dans son arborescence.

Utiliser le package depuis un nouveau script

Nous allons avoir besoin d’une nouvelle librairie : artifacts-keyring..

pip install artifacts-keyring

Ensuite, nous pouvons faire appel à la commande classique “pip install” pointant vers notre feed.

pip install packageName --index-url https://pkgs.dev.azure.com/<organization_name>/<project_name>/_packaging/<feed_name>/pypi/simple/

Le “project_name” est facultatif si le feed est déclaré au niveau de l’organisation. Il sera possible de remplacer par l’option –index-url par –extra-index-url comme indiqué dans cet article mais ceci est à réaliser seulement si l’on utilise la méthode proposée dans le portail Azure DevOps : la création d’un fichier pip.ini.

En cas de project privé, une authentification sera alors demandée, de manière interactive, au travers d’un navigateur.

Ce mode n’est bien sûr pas envisageable pour une installation devant s’exécuter de manière autonome. Nous allons donc générer un Personal Access Token (PAT) qui permettra de nous authentifier. Ce jeton s’obtient dans Azure DevOps.

Nous donnons les droits au niveau “packaging“.

Dans l’environnement d’exécution, une variable d’environnement sera nécessaire pour désactiver l’authentification interactive et tenir compte du PAT. Cela se fait par exemple dans Windows par le menu “Modifier les variables d’environnement système” ou dans un dockerfile avec la ligne ci-dessous.

VAR ARTIFACTS_KEYRING_NONINTERACTIVE_MODE=true

Il sera alors possible d’appeler le package avec la syntaxe suivante :

pip install packageName --extra-index-url=https://<PAT>@pkgs.dev.azure.com/<organization_name>/<project_name>/_packaging/<feed_name>/pypi/simple/

Ca y est ! Le package est maintenant installé et nous pouvons nous appuyer sur les fonctions qu’il contient.

from my_pkg.my_function import *

En conclusion

Nous avons mis en place ici une approche dédiée à l’industrialisation d’un développement, accompagné d’un processus CI/CD. Cela demande un investissement en temps et en prise en main de cette procédure mais c’est une garantie de stabilité et de non régression sur le livrable en production.

Interagir avec Azure ML depuis Visual Studio Code

Travailler avec une ressource Azure Machine Learning peut se faire de plusieurs façons : approche “no code” depuis le Concepteur, Automated ML ou encore par scripts R ou Python exploitant le SDK azureml qui permet d’interagir avec tous les composants du studio.

C’est bien sûr cette dernière approche “full code” que nous allons privilégier. Il est possible de lancer les notebooks natifs du studio mais ceux-ci ne donnent pas à ce jour (avril 2021) la même expérience que les notebooks Jupyter. Nous pouvons alors créer une instance de calcul qui se déploiera avec un serveur JupyterLab (ainsi que RStudio qu’il n’est pas impossible d’utiliser… avec Python !).

Plusieurs limites apparaissent alors pour un usage professionnel, c’est-à-dire vérifiant un niveau de sécurité au travers de l’isolement des développements, de leur versionning et de leur déploiement en production. Si les instances de calcul sont personnelles (attribuées à un et un seul utilisateur, nominativement), les scripts enregistrés sont visibles par toutes les personnes disposant d’une ressource. De plus, il n’y a pas de possibilité de lier les notebooks et autres fichiers à un dépôt (repository) de type Git. Enfin, si l’on pousse la réflexion sur le passage à l’échelle, il faudra envisager d’exécuter les scripts sur un cluster de calcul plutôt que sur l’instance de calcul elle-même.

Nous allons répondre à toutes ces problématiques par l’utilisation de l’IDE de Microsoft : Visual Studio Code. Au préalable, il faudra installer les extensions suivantes :

  • Python
  • Jupyter
  • Azure Account
  • Azure Machine Learning

En appuyant sur F1, nous pouvons nous authentifier sur Azure.

L’icône Azure donne alors la visibilité des ressources Azure Machine Learning et de tous les éléments qui les composent.

Nous souhaiterons en particulier utiliser un “compute cluster” pour exécuter un script Python. Nous allons pour cela créer un notebook d’interaction avec Azure Machine Learning qui pilotera l’exécution du script.

Pour assurer la gestion “Git” de nos fichiers, nous avons maintenant tous les outils à disposition. Il suffira d’utiliser les fonctions intégrées, par le menu ou en lignes de code, ce que nous développerons dans un autre article.

Les notebooks sont “suspects” pour VSC et il faudra déclarer qu’ils sont fiables (“trust“) à chaque ouverture. Pour simplifier ce processus, il est possible de modifier les paramètres pour accepter par défaut tous les notebooks.

Nous allons utiliser un serveur local Jupyter pour exécuter le code Python (et c’est une source d’économies !).

Les librairies spécifiques à Azure Machine Learning doivent bien sûr être installées dans cet environnement local.

!python -m pip install azureml-sdk --upgrade --user
!python -m pip install azureml-core --upgrade --user

Le package azureml-core évolue souvent, pensez à le mettre régulièrement à jour car les composants du studio Azure ML évolueront automatiquement.

Il faut maintenant nous authentifier vis à vis de ce service. Les informations nécessaires sont accessibles dans le fichier “config.json” téléchargeable depuis le portail Azure.

Nous donnons ces informations dans le code ci-dessous.

A l’exécution du code, une fenêtre va s’ouvrir dans un navigateur demandant de s’authentifier avec le compte Azure autorisé sur la ressource Azure ML. Une fois cette opération réalisée, la cellule du notebook est validée.

Ceci ne sera bien sûr pas envisageable dans une scénario tout automatisé et nous privilégierons alors l’authentification au travers d’un principal de service.

Nous pouvons vérifier la bonne connexion à la ressource avec l’instruction suivante :

print(ws.name, ws.location, ws.resource_group, ws.location, sep='\t')

Nous allons maintenant mettre en place les éléments qui permettront d’exécuter un script Python.

Ce schéma décrit le fonctionnement global :

  • VSC lance l’exécution (run) d’un script Python
  • exécuté sur un cluster de calcul
  • accompagné d’un environnement (les dépendances de packages)
  • loggé dans une expérience

Les éléments de script ci-dessous ont été piochés dans différents tutoriels disponibles sur le Web. Nous commençons par la cellule qui déclarer le cluster de calcul ou bien le crée à la volée s’il n’existe pas de cluster nommé de la sorte.

Les packages nécessaires au script Python sont déclarés dans un environnement.

Notez la dernière commande qui permet de sauvegarder cet environnement dans un fichier YAML.

env.python.conda_dependencies.save_to_file(".", "my_remote_env.yml")

Il sera alors possible de réutiliser directement ce fichier pour définir de nouveaux environnements. Voici son contenu.

Enfin, l’expérience s’instancie tout simplement, en relation avec l’espace de travail Azure ML.

Le script Python peut être écrit dans une cellule du notebook. Il pourra alors être donné en paramètre de l’objet ScriptRunConfig.

A l’intérieur du script Python, il sera certainement utile de retrouver la référence à l’exécution réalisée au sein de l’espace de travail. Ceci se fait en enchainant ces trois lignes de code, précédées de l’import de la librairie azureml-core.

from azureml.core.run import Run


run = Run.get_context()
exp = run.experiment
ws = run.experiment.workspace

La soumission du script au sein de l’expérience se fait alors par la commande ci-dessous.

run = exp.submit(config=src, tags=runtags)

Nous pouvons dès lors suivre l’évolution dans le studio Azure ML.

A noter que les widgets qui permettent de suivre l’exécution dans un notebook semblent ne pas être compatibles avec VSC.

Mais ce n’est là qu’un détail au regard de ce que nous gagnons à utiliser VSC : versionning du code, approche DevOps, diminution des coûts de développement.

Le notebook utilisé dans cet article est disponible sur ce repository.

Comment documenter un rapport Power BI

Développer un rapport Power BI peut-il s’apparenter à un développement « classique » au sens du code ? Pas entièrement sans doute mais des bonnes pratiques sont à mettre en œuvre et la documentation en fait sans nul doute partie.

Pourtant, car comme nous savons tous que ce n’est pas l’aspect le plus intéressant d’un développement, nous souhaiterons le faire :

  • Sans y passer trop de temps et de la manière la plus automatisée possible
  • En produisant un contenu utile pour un autre développeur qui n’aurait pas connaissance du projet initial
  • En sécurisant et versionnant les contenus les plus précieux (M, DAX)

En effet, nous ne sommes jamais à l’abri d’une corruption de fichier et conserver toute « l’intelligence » du développement permettrait de ne pas tout refaire de zéro.

A faire au cours développement

Les pratiques qui seront présentées ici visent bien sûr à améliorer la qualité du rapport Power BI mais aussi à faciliter la documentation qui pourra être produite par la suite.

Réduire les étapes de transformation

Par exemple, il est possible de “typer une nouvelle colonne à la création.

= Table.AddColumn(#"Previous step", "Test approved = 0", each [#"Approved amount (local currency)"] * [Approved quantity] = 0, type logical)

Une bonne approche pour réduire les étapes consiste à privilégier les transformations réalisées au niveau de la source de données, par exemple en langage SQL.

Nommer certaines étapes de transformation

Les étapes d’une requête Power Query peuvent être renommées. Il est recommandé de privilégier le nommage automatique en anglais et de préciser certaines étapes.

Du point de vue de la relecture du script, il n’est pas optimal de disposer de plusieurs étapes similaires (par exemple : Change Type ou Renamed Columns) mais cela est parfois inévitable comme pour l’action Replaced Value. On précisera ainsi la valeur remplacée par cette étape. De même pour des opérations comme Added Custom, Merge Queries, Filtered Rows, etc.

Ajouter si besoin une description plus détaillée au moyen d’un commentaire dans le script M entre /*…*/ ou sur une seule ligne à l’aide de //.

Comme dans tout développement, un commentaire vient expliquer la logique adoptée par le développeur lorsque celle-ci est plus complexe que l’usage nominal de la formule.

Déterminer la bonne stratégie de filtres

Il y a tellement d’endroits où l’on peut filtrer les données lors d’un développement Power BI ! Dans une ordre « chronologique » au sens des phases de développement, nous pouvons identifier :

  • La requête vers la source (par exemple avec une clause WHERE dans un script SQL)
  • Une étape de transformation Power Query
  • Un contexte dans une mesure DAX avec des fonctions comme CALCULATE() ou FILTER()
  • Un rôle de sécurité
  • Le volet de filtre latéral :
    • Au niveau du rapport
    • Au niveau de la page
    • Au niveau du visuel

D’emblée, précisons tout de suite que si vous êtes tentés par les filtres de rapport, c’est très vraisemblablement une mauvaise idée et il était sûrement possible de le faire dans une étape précédente ! Une règle (non absolue) est de réaliser l’opération le plus tôt possible, dans la liste précédente.

Ainsi, on privilégiera la requête SQL, ou le query folding, qui délégueront toute la préparation de données au serveur, qui sera vraisemblablement plus puissant que le service Power BI.

Appliquer une nomenclature aux noms de tables, champs et mesures

Il n’est pas pertinent de préfixer les noms de tables par DIM_ ou FACT_, ceci étant des notions propres aux développeurs décisionnels mais ne parlant pas aux utilisateurs métiers.

Les noms de tables peuvent comporter des espaces, accents ou caractères spéciaux mais l’usage de ces caractères complexifiera l’utilisation de l’auto-complétion des formules. L’utilisation d’émoticônes peut entrainer une corruption du fichier.

Il vaut mieux utiliser des noms de tables courts pour limiter la taille du volet latéral Fields.

Les noms des champs et des mesures doivent être parlants pour un être humain, on bannira donc les _ ou l’écriture CamelCase.

Il est possible d’utiliser des symboles tels que % ou pour donner une information sur le calcul réalisé.

Afin de profiter de l’écriture dynamique des titres, les mesures peuvent être écrites avec une majuscule et les autres noms de champs en minuscules uniquement. Cela donnera par exemple : « Nb commandes par catégorie » à partir d’une mesure « Nb commandes » et d’un champ nommé « catégorie ».

Mettre en place une stratégie d’imbrication de mesures

Il est recommandé de produire des mesures avancées en se basant sur des mesures simples (et toujours explicites !), quitte à masquer celles-ci.

Par exemple :

# ventes = COUNTROWS(VENTES)
# ventes en ligne = CALCULATE([# ventes], VENTES[Canal] = "en ligne")

Les mesures appelées dans une autre mesure ne seront pas préfixées par un nome de table à l’inverse des noms de colonnes.

Décrire les mesures

La description fonctionnelle des mesures se fait (et ce n’est pas très intuitif…) dans l’affichage de modèle.

Cet affichage permet également de regrouper les mesures (d’une même table uniquement) dans un dossier ou plusieurs dossiers (« display folder »).

Nous utiliserons ici la propriété « is hidden » pour masquer les colonnes qui ne sont pas utiles à un utilisateur : identifiants, clés techniques, valeurs numériques reprises dans des mesures explicites.

Commenter les formules DAX

Comme dans tout  langage de programmation, le commentaire ne doit intervenir que lorsque la stratégie mise en place par le code n’est pas intuitive.

Il est recommandé d’utiliser les séparateurs virgule (paramètres) et point (décimales) dans les formules DAX. Ceci est paramétrable dans les options globales.

Penser également à mettre en forme systématiquement les champs DAX à l’aide de l’outil en ligne DAX formatter.

Nommer les composants visuels

Pour nommer un composant, on utilise le champ « Title », que celui-ci soit activé ou désactivé. C’est pourquoi il faut activer le titre pour le renseigner, quitte ensuite à le désactiver. Les objets peuvent donc avoir un nom qui est un titre utilisé de manière visuelle.

Le nom de l’objet est ensuite visible dans le volet de sélection.

Les objets ont un identifiant et un nom qui sont utilisés dans les fichiers JSON constituant le contenu du fichier .pbix.

Documenter à l’aide d’outils externes

Nous allons mettre en place une approche pragmatique, à partir d’outils tiers, qui ne sont ni développés ni maintenus par Microsoft mais intégrés maintenant au sein du menu « External Tools ».

Suite à l’installation de ces outils, des raccourcis seront disponibles dans le nouveau menu.

Les différents exécutables sont simples à trouver au travers d’un moteur de recherche.

Power BI Helper

Nous utilisons ici la version de décembre 2020.

Ouvrir le rapport dans Power BI Desktop.

Lancer Power BI Helper. Depuis l’onglet Model Analysis, cliquer sur Connect to Model.

Le nom du fichier doit apparaître dans la liste déroulante « Choose the Power BI file ».

Créer le fichier HTML en cliquant sur « export to document » ou aller sur l’onglet « Document » du menu horizontal.

Choisir les éléments voulus dans la liste « Model Analysis and Visualisation » puis cliquer sur « Create Power BI file’s document ». Nous obtenons un fichier au format .htm contenant des tableaux.

Voici pourquoi il est important de renseigner la description dans le rapport Power BI.

Tiens, pourquoi pas brancher un Power BI sur ce fichier HTML et ainsi charger les tableaux dans un « méta-rapport » ?

Le code M est visible dans l’onglet du menu « M script ».

Le bouton d’export semble avoir disparu mais il est possible de faire un simple copier-coller de la zone de texte grisée.

Sans même utiliser un outil externe, il était déjà possible de copier une requête dans l’éditeur (clic droit, copier), puis de coller dans un bloc-notes pour obtenir le script, qu’on enregistre par convention dans un fichier d’extension .M.

Power BI Field Finder

Télécharger la dernière version du modèle .pbit depuis le dépôt GitHub : https://github.com/stephbruno/Power-BI-Field-Finder

Ouvrir le modèle .pbit et renseigner comme valeur de paramètre le chemin du fichier .pbix que l’on souhaite documenter.

Les données vont se mettre à jour et il sera possible d’enregistrer le rapport au format .pbix, puis de le mettre à jour en cas de modification dans le fichier d’origine.

Je tiens à signaler que je suis vraiment bluffé par la qualité de cet outil qui rend d’immenses services au quotidien. Bravo, Stéphanie BRUNO ! L’outil est présenté plus en détail sur ce site.

Cliquer sur un nom de champ pour identifier la ou les pages où il est utilisé.

La page détaillée indique ensuite le(s) visuel(s) utilisant ce champ.

DAX Studio

Quelques requêtes permettent de synthétiser le code DAX écrit dans le fichier .pbix. Conservez-les précieusement, par exemple dans un fichier texte d’extension .dax. Le résultat pourra ensuite être enregistré dans un format CSV ou Excel en paramétrant l’output.

Liste de toutes les colonnes calculées

  
 select 
    TableID,
    ExplicitName, 
    Expression
 from $SYSTEM.TMSCHEMA_COLUMNS
 where [Type] = 2
 order by TableID 

Liste de toutes les mesures

 
  select 
   MEASUREGROUP_NAME, 
   MEASURE_NAME, 
   EXPRESSION
from $SYSTEM.MDSCHEMA_MEASURES
where MEASURE_AGGREGATOR = 0
order by MEASUREGROUP_NAME 

Dépendances entre les formules DAX

Puisque je vous ai encouragés à utiliser les mesures imbriquant d’autres mesures, vous chercherez certainement les dépendances créés. Celles-ci peuvent être obtenues par la requête suivante, où l’on précisera le nom de la mesure entre simples cotes.

Cette démarche est expliquée en détail dans cet article de Chris Webb.

 
select referenced_object_type, referenced_table, referenced_object, referenced_expression
from $system.discover_calc_dependency
where [object]='Nom de la mesure' 

Ainsi, pour la mesure simple (mais explicite !) ‘Nb commandes’, nous obtenons :

Puis, pour une mesure ‘CA A-1’ basé sur une autre mesure :

Vous avez quelques belles cartes en main pour créer et maintenir une documentation robuste autour de vos rapports Power BI. Maintenant, à vous de jouer ! Les personnes qui prendront votre relais sur ces développements vous remercient déjà par avance !

Recueillir le besoin pour la création d’un rapport Power BI

Le chemin est long et semé d’embuches jusqu’à l’obtention d’un rapport Power BI pertinent et exploitable ! La démarche se doit d’être progressive, il ne faut pas sauter d’étapes, au risque de manquer l’adéquation du rapport avec le besoin de ses utilisateurs.

Etape 0 : Définir la thématique, cadrer le besoin

Le besoin émane souvent (et ce devrait même être toujours le cas !) des futurs utilisateurs du rapport. Mais ceux-ci peuvent être différents (niveau hiérarchique, responsabilités, appétence aux chiffres, etc.) et il faut déterminer des « personnes génériques », que l’on nomme personae.

Nous définissons ensuite, de manière propre à chaque persona, les « parcours utilisateurs » qui assisteront une prise de décision. Il est donc ici fondamental de connaître les prérogatives des différents personae afin de déterminer le bon degré d’informations dont ils doivent disposer.

Un bon test consiste à déterminer un titre explicite au rapport ou à l’application (groupe de rapports). Si ce titre n’est pas suffisamment précis et évocateur, le cadre a peut-être été défini de manière trop large.

Vous aussi, comptez le nombre de rapports “test” dans votre organisation !

Les étapes suivantes de collecte et encore plus de modélisation ne se prêtent pas à un élargissement du besoin a posteriori, c’est pourquoi il est fondamental que le cadre soit bien défini et arrêté, quitte à prendre le temps nécessaire pour cela.

Étape 1 : Collecter les données sources

Établir le « dictionnaire de données », liste exhaustive des informations attendues, organisées par dans des entités traduisant des notions métiers (clients, factures, produits, ventes, stock, etc.). Puis faire la correspondance avec les données stockées ou à stocker dans le Système d’Information (SI).

Selon l’origine des données (fichiers, bases de données, Web, etc.), des opérations de nettoyage pourront être nécessaires.

Pour chaque source de données, il faudra préciser la fréquence de rafraichissement attendue. Sauf à utiliser les dataflows, les sources de données dans un dataset Power BI sont à ce jour toutes actualisées simultanément.

D’un point de vue technique, il faut anticiper le fait qu’un persona puisse être soumis à une stratégie de sécurité à la ligne (« Row Level Security »), c’est-à-dire être limité à un périmètre de données. Pour limiter l’accès à des indicateurs, il fallait jusqu’à présent définir un autre rapport mais l’Object Level Security arrive dans Power BI en ce mois de février 2021.

Étape 2 : Modéliser

Afin de fonctionner au mieux (simplicité des calculs, passage à l’échelle), le respect de la modélisation en étoile(s) est fortement conseillé. Il est donc impératif de disposer de clés primaires (champ exprimant une notion d’unicité) dans les tables de dimensions.

https://docs.microsoft.com/fr-fr/power-bi/guidance/star-schema

Il faut ici anticiper les croisements demandés et donc l’étape suivante de la définition des indicateurs. Faire préciser sur quel(s) axe(s) d’analyse un indicateur devra être représenté. L’axe du temps demande une attention toute particulière car il déterminera la relation principale (active) de la table de dates (le calendrier, à la granularité journalière) avec la table de faits. Si plusieurs notions de temps sont demandées (ex. : date de commande, date d’expédition, date de livraison), on définira des relations inactives et les mesures DAX utiliseront le pattern suivant :

= CALCULATE([measure], USERELATIONSHIP(FAITS[date2], CALENDAR[date])

Étape 3 : Définir les indicateurs

Au-delà des agrégations simples (somme, moyenne, min-max, etc.) qui devront être programmés comme des mesures explicites (faîtes vraiment une mesure, ne vous contentez pas de l’agrégat automatique !), les indicateurs plus complexes doivent être définis par les règles métiers qu’ils traduisent.

Par exemple, le montant total des ventes s’exprime TTC, en retirant les remboursements, indiqués par un code spécifique.

Ces règles devront être accessibles à tous et remporter l’unanimité. En effet, rien de pire qu’un indicateur dont la formule varie selon les interlocuteurs ! Chacun disposerait alors de sa propre version, sans doute correcte, mais qui ne permettrait pas un usage commun et raisonné.

Étape 4 : Définir les sous-thèmes du rapport

Nous recommandons de ne présenter sur une page de rapport qu’un seul thème, quitte à dédier plusieurs pages à celui-ci.

Chaque thème doit être mis en regard des personae qui vont le consulter.

Toutefois, un rapport présentant un trop grand nombre de pages (disons 10 arbitrairement) témoigne sans doute d’un cadrage trop large et il serait sûrement possible de réaliser plusieurs rapports, quitte à regrouper ceux-ci au sein d’une application.

Étape 5 : Définir les visuels et les filtres

Il faut distinguer les visuels portant un message (la conclusion est connue et doit être communiquée) et ceux permettant de réaliser une analyse (l’interprétation est à construire, éventuellement en manipulant des filtres ou des paramètres).

Les principaux visuels d’analyse natifs sont :

  • Le nuage de points ou de bulles (scatterplot)
  • Les influenceurs clés (key influencers)
  • L’arbre de décomposition (decomposition tree)
  • La cascade (waterfall)
  • Les courbes associées à la fonctionnalité « expliquer la hausse / la baisse »

Les autres visuels doivent être utilisés pour porter un et un seul message. Pour passer plusieurs messages, il faut faire plusieurs visuels. Le message, s’il est constant, peut être exprimé au travers du titre du visuel.

De nombreux chart choosers permettent de choisir le bon visuel adapté à la comparaison que l’on souhaite présenter. Il existe une version spécifique à Power BI, incluant de nombreux custom visuals : Power BI Visuals Reference – SQLBI

Les principales comparaisons, et quelques graphiques associés, sont :

  • La décomposition (les parties d’un tout)
    • La position ou le classement (selon un indicateur)
    • L’évolution (dans le temps)
    • Le flux (entre deux ou plusieurs étapes)
    • La corrélation (entre deux indicateurs numériques)
    • La géolocalisation

Le choix par défaut d’un visuel croisant un axe d’analyse et un indicateur se portera judicieusement sur le diagramme en barres. On facilitera la lecture par le tri, souvent décroissant, sur l’indicateur et la position horizontale des barres, aidant à la lecture des légendes, sans avoir à pencher la tête.

Fin du parcours ?

Voilà, nous disposons enfin d’un rapport concret, contenant des données, représentées sous forme visuelle ! Le (long) chemin ne s’arrête pas là puisqu’il faudra maintenant itérer, c’est-à-dire discuter avec les utilisateurs du rapport pour améliorer, par petites touches, le rendu afin de coller au mieux aux usages. L’étape 5 va donc être remise en cause, jusqu’à se stabiliser autour d’un rendu final. De temps en temps, il pourra être nécessaire de revenir à l’étape 4, voire 3. Analyser des données procure de nouvelles idées… En revanche, si l’étape 2 de modélisation doit être remise en cause, c’est que le processus de recueil de besoin a sans doute été incomplet ou trop rapide. N’hésitez pas alors à faire table rase et à repartir de (presque) zéro pour un nouveau projet. Vous verrez alors que les différentes s’enchaineront beaucoup plus vite et avec plus de fluidité.

Déployer Azure Databricks avec Terraform

Déployer une infrastructure cloud est un projet qui peut (et doit !) se penser comme du code. En effet, une rigueur dans le nommage des ressources est particulièrement importante et nous aurons certainement plusieurs environnements à créer (développement, qualification, production…). Nous allons donc éviter des tâches répétitives et sécuriser ce processus. En cas de perte d’une partie ou de tout un environnement, il sera également simple de le recréer à l’identique.

Nous allons pour cela utiliser Terraform qui présente l’avantage d’être commun à différents fournisseurs de cloud.

Azure Databricks ne fait pas exception à cette démarche et nous allons illustrer ici le déploiement d’un espace de travail au travers d’un script Terraform.

Installer Terraform dans un environnement Windows

  • Télécharger la dernière version de Terraform via le lien suivant : Terraform Versions | HashiCorp Releases
  • Créer un dossier : “.terraform” dans le répertoire : C:\Users\username\.terraform
  • Dézipper le fichier téléchargé et le déplacer dans le dossier “.terraform”
  • Ajouter le chemin: C:\Users\username\.terraform dans la variable d’environnement Path
  • Depuis un terminal, tester la commande : terraform –version

Ecrire le fichier main.tf

Le début du fichier va référencer la version de Terraform utilisée.

terraform {
  required_providers {
    azurerm = {
      source  = "hashicorp/azurerm"
      version = "=2.47.0"
      skip_credentials_validation = false
    }
  }
}

Pour autoriser le script à prendre la main sur notre souscription Azure, un principal de service sera nécessaire et celui-ci doit disposer des droits de niveau gestion des ressources sur la souscription. Dans un premier temps, une authentification par Azure CLI est aussi envisageable. Les différents modes sont décrits dans la documentation de Terraform.

Depuis un environnement local, nous écrivons la valeur des variables sous la forme nomVar = “valeur” dans un fichier au nom réservé terraform.tfvars.

Les variables sont ensuite déclarées et appelées dans le code à l’aide de la syntaxe suivante :

# VARIABLES
variable "subscription_id" {}
variable "client_id" {}
variable "client_secret" {}
variable "tenant_id" {}

# Configure the Microsoft Azure Provider
provider "azurerm" {
  features {}
  subscription_id = var.subscription_id
  client_id       = var.client_id
  client_secret   = var.client_secret
  tenant_id       = var.tenant_id
}

Un groupe de ressource sera nécessaire et il se crée avec la syntaxe suivante :

resource "azurerm_resource_group" "rg" {
  name     = "rg-analytics"  
  location = "West Europe"

  tags = {
        environment = "dev"
        project = "unified analytics"
    }
}

Passons maintenant à la création de la ressource Databricks en elle-même, nous ferons référence à l’alias du groupe de ressources défini dans Terraform (ici, “rg”).

resource "azurerm_databricks_workspace" "dbx" {
  name                = "dbx-workspace"
  resource_group_name = azurerm_resource_group.rg.name
  location            = azurerm_resource_group.rg.location
  sku                 = "standard"

  tags = {
    environment = "dev"
    project = "unified analytics"
  }
}

La valeur définie dans “sku” correspond à la licence choisie parmi les valeurs standard, premium ou trial. Cette dernière permet de tester la licence Premium pendant 14 jours.

La création d’une ressource Databricks entraine la création conjointe d’un groupe de ressources managé contenant un compte de stockage, un réseau virtuel et un groupe de sécurité réseau.

Si nous avons besoin d’un cluster interactif pour utiliser cette ressource (attention, pourquoi ne pas passer par des automated clusters lancés par Azure Data Factory comme expliqué dans cet article ?).

Les propriétés utilisées sont celles visibles dans la description au format JSON du cluster, depuis l’espace de travail Databricks.

resource "databricks_cluster" "cluster" {
  cluster_name  = "myInteractiveCluster"
  spark_version = "7.3.x-scala2.12"
  node_type_id  = "Standard_F4s"
  num_workers = 2
  autotermination_minutes = 60
  library {
    pypi {
      package = "azureml-core"
    }
  }
}

Lors de la création de ce cluster, nous installons automatiquement la librairie azureml-core, qui correspond au SDK pilotant les ressources d’Azure Machine Learning, souvent évoqué sur ce blog.

Quelques commandes Terraform

Pour initialiser le répertoire contenant les différents fichiers, nous lançons la commande suivante :

terraform init

Un sous-répertoire .terraform se crée alors automatiquement.

Pour analyser le script Terraform et visualiser les éléments qui seront ajoutés ou modifiés :

terraform plan

Par défaut et sans préciser l’argument -var-file, le fichier de secrets terraform.tfvars est utilisé.

Pour appliquer ces transformations :

terraform apply

Une validation sera demandée.

Pour supprimer les ressources définies dans le main.tf :

terraform destroy

A nouveau (et heureusement !), une validation est requise.

Voici donc nos premiers pas sous Terraform et la simplicité d’utilisation vous fera vite oublier les cases à remplir et à cocher de l’interface utilisateur du portail Azure !

Il ne reste plus qu’à intégrer ce script dans un pipeline d’intégration continue, par exemple sous Azure DevOps.

Exploiter l’API Azure Databricks en PowerShell

L’API d’Azure Databricks permet de réaliser de nombreuses actions au moyen de commandes émises au travers d’une URL, de type GET ou POST. La documentation complète est disponible sur le site de Microsoft ou bien sur celui de Databricks.

Un premier exemple prend la forme ci-dessous et permet d’obtenir des informations détaillées sur un cluster :

GET https://<databricks-instance>/api/2.0/clusters/get?cluster_id=<cluster-id>

Les identifiants nécessaires de l’espace de travail et du cluster Databricks peuvent être obtenues en se rendant sur la page Web du cluster.

Bien sûr, Databricks ne se limite pas à des clusters, il faut des notebooks contenant du code et ceux-ci sont pilotés par des jobs. Pour imaginer un scénario paramétrable, nous définissons des widgets dans le notebook, ce qui permettra de passer les valeurs de ces paramètres aux jobs.

parquet_file = dbutils.widgets.get("pParquetFile")
limit = int(dbutils.widgets.get("pLimit")

La définition du job se fait dans l’interface dédiée et les paramètres peuvent y être déclarés. Il faut noter ici l’identifiant du job, nous en aurons besoin par la suite.

Sauf à planifier le job, ces étapes resteront manuelles et les valeurs des paramètres seront à préciser à chaque exécution.

En intégrant différentes instructions dans un script PowerShell, nous pouvons élaborer le scénario suivant :

Le code correspondant est détaillé ci-dessous :

$param1 = "abc"
$param2 = 123
$limitRows = 100

$dbxPAT = "dapixxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx"
$dbxBearerToken = "Bearer " + $dbxPAT
$dbxWorkspaceURL = "https://adb-00000000000000000.0.azuredatabricks.net/"
$clusterID = "0000-000000-xxxxx000"
$jobID = 42
$localPath = "C:\temp\"
$filePath = $localPath+$fileName

$headers = New-Object "System.Collections.Generic.Dictionary[[String],[String]]"
$headers.Add("Authorization", $dbxBearerToken)

 Write-Output "Cluster status"
 $URL = $dbxWorkspaceURL + "api/2.0/clusters/get?cluster_id="+$($clusterID)
 $responseCluster = Invoke-RestMethod $URL -Method 'GET' -Headers $headers
 $clusterState = $responseCluster.state
 Write-Output "Cluster state :" $clusterState

 If($clusterState -ne "RUNNING")
 {
     Write-Output "Start cluster"
     $URL = $dbxWorkspaceURL + "api/2.0/clusters/start"
     $body = @{"cluster_id"=$clusterID} | ConvertTo-Json
     $responseStart = Invoke-RestMethod $URL -Method 'POST' -Headers $headers -Body $body
     $clusterState = $responseStart.state
 
    While($clusterState -ne "RUNNING")
  {
     Write-Output "Please wait one minute more...the cluster is starting"
     Start-Sleep -Seconds 60
     $URL = $dbxWorkspaceURL + "api/2.0/clusters/get?cluster_id="+$($clusterID)
     $responseStart = Invoke-RestMethod $URL -Method 'GET' -Headers $headers
     $clusterState = $responseStart.state
     Write-Output $clusterState
  }
 }

Write-Output "Run job"
$body = @{
   "job_id"= $jobID
   "notebook_params"= @{"P1"= $param1 ;"P2"= $param2 ;"limit"= $limitRows }
 } | ConvertTo-Json
$URL = $dbxWorkspaceURL + "api/2.0/jobs/run-now"
$responseJob = Invoke-RestMethod $URL -Method 'POST' -Headers $headers -Body $body
$runId = $responseJob.run_id
Write-Output "run ID : "$runId

$URL = $dbxWorkspaceURL + "api/2.0/jobs/runs/get-output?run_id="+$($runId)
Write-Output "Run status and Get output"
$runStatus = "PENDING"
Do
{
 Write-Output "Please wait one minute more...the job is running"
 Start-Sleep -Seconds 60
 $responseRun = Invoke-RestMethod $URL -Method 'GET' -Headers $headers
 $responseun | ConvertTo-Json
 $runStatus = $responseRun.metadata.state.life_cycle_state
 Write-Output $runStatus
 }
Until($runStatus -eq "TERMINATED")

Write-Output "Check run result state"
$runResultState = $responseRun.metadata.state.result_state
Write-Output $runResultState

If($runResultState -ne "SUCCESS")
{
    exit;
}

Write-Output "Export result to file"
$result = $responseRun.notebook_output.result
$isTruncated = $responseRun.notebook_output.truncated
if($isTruncated -eq "False")
{
    $result | Out-File -FilePath $filePath -Force
    Write-Output "Export done"
}

Dans ce code, nous nous appuyons sur la fonction Invoke-RestMethod suivie de l’URL de l’API Databricks. La réponse sera ensuite exploitée pour continuer le programme.

L’instruction api/2.0/jobs/runs/get-output?run_id= permet de retourner un texte passé en paramètre de la commande Databricks qui viendra conclure le notebook (aucune autre cellule ne sera ensuite exécutée) :

dbutils.notebook.exit(textObject)

Le contenu de la variable textObject se retrouve alors au niveau metadata.state.result_state du résultat de l’instruction. La sortie ne peut dépasser un volume de plus de 5Mo. Nous pouvons vérifier que le résultat n’est pas tronqué à l’aide de la valeur de l’élément notebook_output.truncated à false.

En mettant en œuvre ce code au sein d’une ressource comme Azure Function (les paramètres définis au début du code intégrant alors la route de la fonction), nous avons obtenu une “meta API” paramétrable, restituant un résultat sous forme d’export de données !

Créer un custom role pour sécuriser les accès au portail Azure Machine Learning

Le service Azure Machine Learning offre de nombreuses fonctionnalités au travers de son portail accessible par l’URL https://ml.azure.com:

  • Notebooks Jupyter
  • Interface d’automated Machine Learning
  • Interface de conception visuelle de pipelines de Machine Learning
  • Gestion de ressources de calcul
  • Gestion des sources et des jeux de données
  • etc.

Dans une optique d’utilisation en entreprise, et donc en équipe, tout le monde ne bénéficiera pas de toutes ces fonctionnalités. En effet, il faut poser a minima des garde-fous concernant la gestion des ressources de calcul, car la facturation du service en dépend directement !

On pourra également souhaiter que seuls certains administrateurs soient en capacité de créer ou supprimer des sources de données. Bref, il faudra établir des profils types (“personae“) des utilisateurs et leur accorder le bon périmètre d’actions autorisées.

La gestion dite “Role Based Access Control” (RBAC) des ressources Azure permet de répondre à ce besoin. Dans le cas d’Azure Machine Learning, nous disposons de trois rôles prédéfinis, décrits dans la documentation officielle.

Extrait de la documentation Microsoft https://docs.microsoft.com/fr-fr/azure/machine-learning/how-to-assign-roles#default-roles

L’affectation d’un rôle se fait dans le menu “Access control (IAM)” de la ressource, depuis le portail Azure.

Mais prenons par exemple le scénario suivant. Une organisation fait travailler des Data Scientists dans un espace de travail Azure Machine Learning et souhaite qu’ils puissent :

  • Créer des jeux de données à partir de sources de données définies (et ne pas supprimer ces dernières)
  • Créer des expériences de Machine Learning par le biais du Concepteur, de l’Automated ML ou de notebooks
  • Solliciter des ressources de calculs de type “compute instance” ou “compute cluster” mais ne pas en créer de nouvelles
  • Publier des pipelines d’inférence sous la forme de points de terminaison (endpoint) temps réel ou par lot (batch)

Cette description ne correspond à aucun rôle prédéfini, nous allons donc passer par la création d’un rôle personnalisé ou “custom role“.

Ce rôle ne peut être créé que par le propriétaire de la ressource Azure Machine Learning et se fait au niveau de l’espace de travail contenant cette ressource.

Pour débuter plus simplement, nous commençons par cloner un des trois rôles existants :

Le menu suivant permet d’ajouter ou de retirer des permissions. La liste de celles-ci s’obtient en recherchant le terme “machine learning”.

Les (très nombreuses !) actions sont alors détaillées et souvent déclinées sous le forme : read / write / delete / other.

Veillez à bien préciser le périmètre d’application du rôle en notant l’identifiant de souscription suivi du nom du groupe de ressources où se trouve le service Azure Machine Learning.

Nous allons ensuite utiliser le langage JSON pour définir précisément chaque action.

{
"properties": {
"roleName": "Data Scientist",
"description": "Create and run experiments, publish endpoints, can't create or delete compute ressources and data sources",
"assignableScopes": [
"/subscriptions/XXXXXXXX-XXXX-XXXX-XXXX-XXXXXXXXXX/resourceGroups/rg-sandbox"
],
"permissions": [
{
"Actions": [
            "Microsoft.MachineLearningServices/workspaces/*/read",
           ],
"NotActions": [
            "Microsoft.MachineLearningServices/workspaces/*/write",
            "Microsoft.MachineLearningServices/workspaces/*/delete",
              ],
"dataActions": [],
"notDataActions": []
}
]
}
}

Il faut comprendre que certaines actions sont “imbriquées” et il sera possible d’autoriser un niveau supérieur pour sous-entendre l’autorisation sur les niveaux inférieurs. C’est ainsi le rôle du caractère “*” dans la ligne ci-dessous.

 "Microsoft.MachineLearningServices/workspaces/*/read"

Voici le JSON complet répondant à notre scénario.

Ainsi, dans la partie Clusters de calcul, le bouton “Nouveau” a disparu mais l’utilisateur pourra toujours affecter un cluster à une expérience lancée par le Concepteur ou par le biais de l’Automated ML.

Mais nous verrons que ce rôle interdit l’utilisation d’instance de calcul, c’est-à-dire des machines virtuelles qui sont le support de l’usage de notebooks. Autant dire que les Data Scientists n’iront pas très loin sans cela ! (Sauf peut-être à travailler depuis Visual Studio Code et nous en reparlerons dans un prochain article…).

Nous cherchons donc à ajouter ces ressources de calcul, à l’aide des permissions cochées dans l’image ci-dessous.

Malheureusement il n’existe pas de droits différenciant les instances de calcul des clusters. Nous ne pouvons donc pas aboutir à un scénario où l’utilisateur pourrait créer son instance personnelle sans pour autant créer un grappe d’une dizaine de machines en GPU ! Une instance de calcul est dédiée à un et un seul utilisateur mais il est possible pour un administrateur de la ressource (profil Owner) de créer des VMs et de les affecter à des utilisateurs. Ce processus se fait au travers du déploiement d’un template ARM et est documenté sur ce lien.

Attention, même si l’utilisateur ne peut pas accéder à la VM, il pourrait tout de même avec ces autorisations la démarrer… et oublier de l’éteindre (pas d’arrêt planifié)… et donc faire augmenter la facturation !

EDIT : Les “notebook VM” ont été remplacées par les instances de calcul mais les droits associés figurent toujours dans la liste des permissions.